Articles tagués google

Fusion CSA-ARCEP et mission Hadopi :


Fleur PellerinAprès Pierre Lescure, c’est au tour de Fleur Pellerin de monter au créneau pour expliquer les enjeux de l’arrivée de la télévision connectée. Dans une interview donnée au journal Les Echos, la ministre de l’Economie numérique a donné des explications sur la volonté de réformer la réglementation de l’audiovisuel et des télécommunications.

Au lendemain des déclarations de Pierre Lescure, chargé de la mission sur l’avenir de l’Hadopi, sur les bouleversements de la télévision connectée, Fleur Pellerin s’est exprimée dans les Echos pour donner plus de précisions sur l’éventuelle fusion entre le CSA, Conseil Supérieur de l’Audiovisuel et l’ARCEP, le régulateur des télécommunications.

Aujourd’hui, près de 3 millions de foyers sont équipés d’un téléviseur connecté mais dans l’avenir, la demande pourrait bien exploser. En permettant d’accéder à des contenus sur Internet, cette nouvelle génération de téléviseurs bouleverse la donne et oblige les autorités à remettre à plat la réglementation.

En effet, aujourd’hui les diffuseurs traditionnels (les chaînes de télévision) se retrouvent en concurrence avec des services comme Netflix, Youtube et bientôt Google TV et Apple qui cherche à diffuser des chaînes. Pourtant ces acteurs du numériques ne sont pas soumis aux mêmes obligations en matière de fiscalité, de publicité et de participation au financement de la culture. Le rapprochement entre l’ARCEP et le CSA serait une façon de d’harmoniser les règles. « La convergence des contenus et des supports, ainsi que l’arrivée de nouveaux acteurs n’ayant pas d’obligation en matière de diversité ou de financement de la production justifie ainsi une réflexion d’ensemble sur l’architecture de nos dispositifs de régulation », résume Fleur Pellerin.

hadopi

Par ailleurs, la ministre est revenue sur le sort de l’Hadopi. Elle a rappelé que l’Hadopi n’était pas concernée par la mission CSAARCEP et a encore tenu à rassurer un possible élargissement de son rôle : « Notre position est claire. Nous sommes opposés à la surveillance généralisée et au filtrage. Nous restons très attachés à ces principes. La question n’est pas de limiter la liberté d’expression et les capacités d’innovation liées à la neutralité du Net. »

La révolution technologique est en marche et elle impose au gouvernement d’adapter une régulation qui préserve les intérêts des opérateurs, des ayants-droit, des diffuseurs et des usagers. « Nous devrons donc être créatifs pour, d’un côté, préserver le financement de la création, qui fait partie de notre exception culturelle et, de l’autre côté, faire en sorte que l’économie numérique continue à se développer. L’équilibre à trouver est très subtil. » conclut Fleur Pellerin.

Source : Les Echos
Brève rédigée le 23/08/2012 à 12h15 par Arik Benayoun
Publicités

, , , , ,

Poster un commentaire

Pourquoi devriez-vous choisir Scanners photos:


 

Envisagez-vous d’acheter un scanner nouvelle photo? Cet article va être très bénéfique pour vous parce que vous obtiendrez ici toutes sortes d’informations concernant les scanners photo. Si vous comprenez la différence entre les scanners et scanners standards photo alors vous comprendrez les avantages de l’utilisation des scanners photo. Cet article va vous parler des comparaisons entre les scanners photo et des scanners standard. Je recommande Pro Picture Collage Maker pour faire des diaporamas étonnants pour vos photos numériques.
Photo Scanners

Distinction entre les scanners et scanners normaux photos

Tout d’abord, vous devez décider quel type de scanner fonction de vos besoins. Avez-vous besoin d’un scanner polyvalent tout rond plat qui aura la capacité de numérisation de tout type de document? Ou cherchez-vous un scanner de film photo dédié qui est spécifiquement conçu dans le but de balayage photo? Ou cherchez-vous un scanner qui est livré avec une combinaison des deux avec le but de la numérisation de films à la fois photo et toute sorte d’autres documents?
Le principal avantage de choisir une bonne qualité tous azimuts scanner est que vous serez en mesure d’utiliser le scanner pour numériser tout type de document et des photographies. Mais avec un scanner photo dédié, vous pouvez seulement numériser des photographies. Comme un scanner photo dédié a été spécialement conçu dans le but de numériser des photos, il peut être utilisé pour obtenir les meilleures images numériques de qualité à partir des négatifs de photos et de films. De plus, avec scanner photo vous pouvez profiter des installations de type spécial pour la numérisation de photos. Télécharger Instagram gratuit pour Android sur Google Play magasin maintenant.

Maintenant Laissez-nous discuter de certains des caractéristiques importantes de scanners photo:

La numérisation de la transparence et du film: Il est important de vérifier que si le scanner photo peut être utilisé pour numériser des transparents et des films. Assurez-vous également que si le scanner est capable de balayer le support selon votre choix que ce soit un film ou transparents.
La résolution de numérisation: Bien que l’achat d’un scanner photo vous devriez vérifier la résolution.
Restauration de photos: Numérisation de photos qui sont vieux peuvent avoir la chance d’être facilement rayé ou taché. Il est donc préférable de vérifier la restauration du scanner.
Logiciels fournis: Il est tout à fait naturel que personne ne voudrait de numériser les photos juste pour les laisser sur le bureau dans un état ​​de balayage. Vous voudriez certainement modifier les photos, ce qui est le cas où le besoin d’un logiciel fourni se fait sentir.
Scanners photo peut aider à produire des images couleur à partir d’un négatif, une diapositive ou même d’une photographie particulière. Diapositives et les photos peuvent changer leurs couleurs si celles-ci sont conservées pendant une longue période, même si ceux-ci sont stockés dans des endroits sombres. Vous remarquerez qu’il ya une brume jaunâtre au-dessus de l’image. Avec l’utilisation d’un scanner photo numérique, vous pouvez enregistrer ces images et le résultat sera comme si la photographie a été prise récemment.
Epson Scanners photos sont couramment utilisés par les gens parce que ces scanners sont en vedette avec tous les aspects mentionnés ci-dessus. Epson Scanner photo sont considérés comme les meilleurs en termes de qualité.
Bio de l’auteur: James Taylor a une large connaissance sur le sujet de Scanner Epson photo . Si vous souhaitez en savoir plus sur cette puis visite bmisolutions.co.uk/epson-scanners-151-c.asp

, , , , , ,

Poster un commentaire

Will Apple’s Empire Decline Like Microsoft’s?


 

Apple Most Valuable Company

Apple followed in Microsoft’s footsteps this week to usurp the Redmond giant’s top spot as the most valuable company in history. Is Apple doomed to repeat Microsoft’s mistakes?

Since Microsoft set the bar for highest-valued public company 13 years ago,Microsoft’s valuation has slid to $258 billion, and Apple has gone from a company on the edge of bankruptcy to a consumer-brand powerhouse with a market capitalization of $616 billion. Adjusted for inflation, Microsoft remains the most valued company ever. But a jump in Apple’s share price helped it reach a $624 billion valuation that pushed it past Microsoft’s $620.58 billion peak.

While experts remain optimistic about Apple’s future, they predict the strength of the Apple empire could be undermined by potentially unrealistic growth expectations, its to-be-determined success moving beyond devices for our pockets and purses and its skill leveraging 400 million iTunes accounts into a broader payments system. They also note that in the tech industry, the number one rule is « always expect a new number one. »

« It’s like king of the hill: you stay as long as you can on top, and then things change. Some day, there will be a company that will have a higher market cap than Apple, » said Howard Anderson, a lecturer at the MIT Sloan School of Management. « No tree grows to the sky and the real issue is that it’s grown so much in the last year that it’s unsustainable. That’s not going to happen in the long run. »

Apple’s dominance will likely be put to the test by a new class of devices that don’t necessarily rely on screens, but sync with the car, home or even the wearer’s body. Like many of its rivals, the Cupertino company has long had its eye on the living room, but beyond its Apple TV « hobby, » Apple has yet to make a serious push to conquer the home. Living rooms, as well as kitchens, bedrooms and even heating systems, may be next crucial frontier for Silicon Valley firms.

« The new categories are going to be things that do not necessarily have a user interface. One that’s talked about a lot is the TV play, and it’s still to be determined whether that will be one of Apple’s successes or failures, » said Carl Howe, an analyst with the Yankee Group. « Another area I’ll point at that they’ve talked about — but people have not talked about much since then — are cars … I think that’s going to be a surprisingly big category for a lot of people. »

Forrester analyst Charles Golvin concurs that Apple will be challenged to tackle « not just the living room, but the home in general » with services that control everything from the locks on the doors to the heating and cooling of a house. But it’s Apple’s next television offering — if it delivers one — that could have the biggest influence on Apple’s fate in the near term.

« I think the greatest risk to Apple is the risk that they don’t meet the over-inflated growth expectations in opening a new market like TV, » Golvin said. « There’s been so much speculation, such as Jobs’ comment in the [Walter Isaacson] biography about cracking the TV interface. »

Tech companies such as Google and Olympus are also investing in building portable computers than can be worn, not carried, as a potential alternative to the smartphone. While Apple has applied for patents that hint at its plans to develop wearable computing technology, it’s been characteristically mum on its hopes and dreams in this field. Meanwhile, Google is forging full steam ahead with its plans to begin selling its Project Glass device — smart « glasses » that can snap pictures, share messages, or show information — early next year.

Apple will also be battling Google, Square, Facebook and a host of other companies in the war to serve as our digital wallet. It has already processed billions of dollars in purchases from the sale of digital media and apps. Serving as the payment system for physical goods in the real world could be next.

« The sneaking business lurking underneath is payments, » Howe said. « This isn’t about a technology like NFC [near field communication]. This is, ‘I’m going to use my iTunes account to pay for stuff.' »

Apple’s sheer size could be as much a curse as a blessing. All large companies face difficulty keeping up their growth rates as they grow, and despite whispers from some corners that Apple could become the world’s first $1 trillion company, its past sales successes will be increasingly difficult to match.

Experts also note that Apple’s partners, perhaps wary of the company’s dominance in the market, might sour on Apple, or at the very least seek additional partnerships with rival companies to decrease their reliance on Apple. Carriers, for example, are « not so fond of Apple » because its devices are much more expensive than smartphones from competing smartphone manufacturers, according to Howe.

« The other risk Apple faces is if the very partners in the ecosystem that they support become more nervous about the influence and power that Apple exerts over the market, » Golvin said. « There’s a general concern about what begins to look like monopoly power and, in particular, the perception among some companies that Apple always gets the best deal. »

Of course, with Apple, there’s always the question of whether it can live up to its promise of building « incredible products » and avoid the innovator’s dilemma. Though experts say they have confidence that Apple has a rich pipeline that will deliver innovative goods over the next few years, many no doubt expressed similar optimism about Microsoft’s prospects in 1999.

« They’re certainly going to be one of the most valuable companies for probably the next decade, and that’s if they just keep doing what they’re doing, » Howe said. « If they have new products in the pipeline equivalent to the iPhone, they’re going to be here for the next hundred years. »

, , , , , , , , , , ,

Poster un commentaire

Samsung lance une nouvelle tablette pour contrer l’iPad d’Apple


<p>Tim Baxter, le président de la branche américaine de Samsung Electronics. Le groupe sud-coréen a présenté jeudi une nouvelle tablette dotée d'un stylet et d'un grand écran, espérant ainsi concurrencer davantage l'iPad d'Apple, leader du marché. /Photo prise le 16 août 2012/REUTERS/Lucas Jackson</p>

SEOUL (Reuters) – Samsung Electronics a présenté jeudi une nouvelle tablette dotée d’un stylet et d’un grand écran, espérant ainsi concurrencer davantage l’iPad d’Apple, leader du marché.

Le groupe sud-coréen, accusé par Apple de violation de brevets, tente de prendre de court son rival américain en lançant plusieurs produits avant la sortie attendue en septembre du prochain iPhone.

La tablette Galaxy Note 10.1, sortie jeudi aux Etats-Unis, en Grande-Bretagne et en Corée du Sud pour commencer, se distingue de l’iPad par la possibilité de scinder son écran en deux pour utiliser par exemple simultanément plusieurs applications.

L’écran du Galaxy Note 10.1, d’une diagonale de 10,1 pouces (25,65 cm), est légèrement plus grand que celui de l’iPad qui fait 9,7 pouces (24,63 cm). Il s’agit en fait d’une version agrandie du premier Galaxy Note 5.3, un appareil à mi-chemin entre une tablette et un smartphone vendu à plus de 10 millions d’exemplaires depuis sa sortie en octobre dernier.

Apple a écoulé 28,8 millions d’iPad au premier semestre de cette année et disposait d’une part de marché de 64,4%, selon le cabinet d’études IHS iSuppli. Samsung, numéro deux du marché des tablettes, venait loin derrière avec 4,4 millions d’unités écoulées et une part de 9,9%.

Le Galaxy Note 10.1 fonctionne sous le système Android de Google. Il est équipé d’un processeur quadri-coeur à 1,4 Ghz, d’un appareil photo numérique à l’avant et à l’arrière de respectivement 1,9 et 5 mégapixels. La caméra est capable de suivre le mouvement des yeux de l’utilisateur pour se mettre en veille par exemple quand l’appareil est inutilisé.

Le Note 10.1, dans sa version avec 16 gigaoctets de mémoire et une connexion sans fil à la norme Wifi, est vendue 499 dollars (407 euros), soit le même prix que le dernier iPad.

« Quand vous regardez le prix (…) et l’attitude générale des consommateurs vis-à-vis des tablettes Samsung, il est peu probable que ce sera un grand succès », a déclaré Park Young, analyste chez Woori Investment & Securities, à Séoul.

« Les tablettes deviennent moins chères et des rumeurs disent que même Apple prépare une version moins chère de l’iPad », a-t-il ajouté.

Le groupe sud-coréen et Apple sont actuellement en procès aux Etats-Unis dans le cadre d’un vaste litige sur la propriété intellectuelle. Mercredi, la justice américaine à demandé aux dirigeants des deux groupes de discuter de nouveau ensemble avant qu’un jury ne commence à délibérer la semaine prochaine.

Miyoung Kim, Claude Chendjou pour le service français, édité par Dominique Rodriguez

© Thomson Reuters 2012 Tous droits réservés.

, , , , ,

Poster un commentaire

Le retour du piratage, un gros accroc dans la stratégie de YouTube


La plate-forme vidéo de Google propose depuis plusieurs semaines des centaines de films mis en ligne dans leur intégralité par des internautes. L’industrie du cinéma s’en inquiète et demande au géant du Web de prendre des mesures.

Le retour du piratage, un gros accroc dans la stratégie de YouTube

Neuilly sa mère », « L’Elève Ducobu », « La Guerre des boutons », « Cars 2 », « Brice de Nice », « Minority Report », « Avengers »… Ce ne sont là que quelques exemples des centaines de films disponibles actuellement sur YouTube dans leur intégralité. La plate-forme de vidéo de Google est devenue, depuis quelques semaines, le nouveau rendez-vous illégal des amateurs de cinéma. Un comble pour un site qui a multiplié les accords, ces derniers mois, avec les industries culturelles et qui négocie actuellement avec plusieurs producteurs afin de créer des chaînes thématiques pour la rentrée. Le phénomène renvoie quelques années en arrière, quand les YouTube et autres Dailymotion devaient régulièrement faire le ménage dans leurs contenus pour en faire disparaître les fichiers illicites. Après la fermeture de MegaUpload, les amateurs semblent s’être tournés massivement vers YouTube, d’autant que la plate-forme a fait sauter les verrous techniques et qu’il est désormais possible de mettre en ligne des vidéos longue durée. Il suffit aujourd’hui de faire une recherche « film complet » sur YouTube pour se faire une idée du phénomène. Et il y en a pour tous les goûts : blockbusters américains, comédies françaises, films d’auteur, sorties récentes… Des spectacles d’humoristes (Gad Elmaleh, Fabrice Eboué) sont aussi disponibles. Sur certaines de ces vidéos, Google commercialise des publicités et génère donc des revenus. Le chiffre d’affaires qu’il en tire pourrait se chiffrer en dizaines de milliers de dollars. Côté Google, pourtant, on affirme ne rien avoir remarqué de particulier ces dernières semaines…

Un problème technique ?

Comment en est-on arrivé là, alors que YouTube faisait figure de bon élève et qu’il avait mis en place Content ID, un système de traçage permettant de bloquer a priori tout fichier mis en ligne illégalement ? Tout d’abord, ce système de « fingerprinting » est assez contraignant pour les ayants droit. Ceux-ci doivent signaler tout leur catalogue à Google en « marquant » quelques secondes du film. Si YouTube reconnaît ce passage sur un fichier mis en ligne par un internaute, il bloque le fichier. Certains producteurs, faute de temps ou de moyens, n’ont jamais pu mettre en place cette surveillance. Pire, depuis quelques semaines, Google a modifié les normes techniques de son système. Les ayants droit doivent donc tout recommencer…

Si les fichiers échappent au système de filtrage, il est aussi possible pour les ayants droit de signaler les contenus illégaux à YouTube, qui doit alors les supprimer. Protégée par son statut d’hébergeur, la plate-forme n’est pas responsable des contenus mais doit intervenir sur demande. Devant l’ampleur du phénomène, il serait néanmoins de plus en plus difficile pour les ayants droit d’organiser une surveillance efficace. Certains films ont été mis en ligne il y a plusieurs mois déjà sans être retirés. Quant aux autres plates-formes, comme Dailymotion, elles sont peu, voire pas du tout concernées par le phénomène.« C’est une tendance récente, que nous avons vraiment constatée au début de l’été, confie, en France, Frédéric Goldsmith, délégué général de l’Association des producteurs de cinéma (APC). Mais la situation ne peut pas durer. C’est très grave et cela appelle des réponses très nettes de notre part. » Les professionnels devraient donc se pencher sur le sujet dans les prochains jours. Des actions en justice pourraient être envisagées si YouTube ne fait pas rapidement le ménage…

Écrit par Nicolas RAULINE
Journaliste:Source : Les Echos

, , , , ,

Poster un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :